• Accueil
  • > La médecine comportementale

Objet de la Médecine comportementale

La médecine comportementale a pour objet d’améliorer la qualité de vie au quotidien et dès la première consultation, en développant les comportements favorables à la santé et en utilisant un panel de méthodes dites comportementales. C’est une approche médicale qui s’intéresse à la façon la plus efficace de vivre avec une maladie ou un symptôme et son traitement. La médecine comportementale peut être abordée de trois manières : en fonction de ses modes d’action, des méthodes qu’elle utilise ou des pathologies sur lesquelles elle a été mise en œuvre jusqu’à présent.

 

Les troubles traités aujourd’hui  en France avec la MC

  • Douleurs chroniques non permanentes : 
    Syndrome de l’intestin irritable, lombalgies aigües, douleurs des muqueuses, douleurs myofaciales, douleurs musculaires, douleurs temporo-mandibulaires, certaines migraines, céphalées chroniques quotidiennes, allodynies dont vulvodynie, glossodynie, colopathie.
  • Douleurs chroniques continues : fibromyalgie, cancers, rhumatismes, rhumatisme psoriasique, ostéoporose, maladies ostéo-articulaires chroniques, neuropathies, arthrose, lombalgies chroniques, maladies inflammatoires dites de système ou collagénoses, arthrite.
  • Maladies chroniques : tics, asthme, hypertension artérielle, insomnies, addictions, obésité, incontinences, troubles pulmonaires, troubles somatiques consécutifs à un traumatisme, diabète, troubles cardiovasculaires, manifestations otologiques (acouphènes, hyperacousie, perte auditive, hypoacousie, maladie de Ménière, vertige paroxystique bénin, troubles de l’équilibre), maladies neurologiques, notamment sclérose en plaques, fatigue chronique, difficultés sexuelles (éjaculation précoce, impuissance, vaginisme, frigidité, troubles de la libido), troubles du comportement alimentaire (surpoids, obésité, anorexie, boulimie, binge eating disorder), troubles du sommeil, troubles somatiques consécutifs à un traumatisme (PTSD/ ESPT) dit troubles somatoformes, somatisation, hystérie, hypocondrie, tabagisme, alcoolisme, dépendance, compulsions.

 

une médecine autrement : la médecine comportementale

Engagement du patient, implication du praticien

La médecine comportementale est caractérisée par une collaboration active entre le praticien et le patient. Cela nécessite l’engagement du patient dans l’appropriation des connaissances sur son trouble et l’application attentive des modalités thérapeutiques qui lui sont proposées. Cela nécessite également l’implication personnelle du praticien dans une relation de conseil et de transmission de savoirs.

 

La médecine comportementale concerne toutes les spécialités médicales   s’adresse aux praticiens de toutes disciplines. Elle s’adresse également aux associations de patients souhaitant s’associer à des projets thérapeutiques de médecine comportementale susceptibles de répondre à leurs attentes. Une médecine basée sur des résultats

Quel que soit le mode d’intervention, l’appellation médecine comportementale met l’accent sur l’action, le comportement directement observable donc mesurable. De fait, la médecine comportementale se soumet volontiers l’évaluation administrative, clinique, scientifique. Elle est dans la démarche de recherches et développements permanents.

 

retour au Sommaire

0 commentaire à “La médecine comportementale”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



Blog du niveau intermédiaire |
Lescahiersdelecole |
Afamlemans |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | asamlezennes
| Construisons ensemble le fu...
| Embellie Nature